guduleCela fait plusieurs années qu'on connaît Gudule à la maison : mon fils appréciait beaucoup les aventures de Zoé lorsqu'il avait 8-9 ans, sa petite soeur ne devrait d'ailleurs pas tarder à prendre le relais... Un peu plus tard, il a également aimé La bibliothécaire.

J'ignorais en revanche que Gudule avait collaboré à Pif Poche, ce petit mensuel illustré qui a enchanté les vacances d'été de mon enfance.

gudule2

Voici sa biographie (p.5) : "Gudule est née à Bruxelles. La Belgique lui a donné très tôt le goût de l'étrange et de l'irrationnel. Après une scolarité chaotique (elle écrit au lieu d'étudier !) elle se dirige vers les Arts Déco. En 1965 elle part au Liban où elle démarre une carrière de journaliste. De retour à Paris, en 1970, elle commence à travailler parallèlement dans la presse adulte et la presse jeunesse (Pif Poche, Pomme d'Api, Fluide Glacial, Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Psikopat, L'Echo des Savanes, A suivre, etc.). En 1987 elle publie son premier roman. Elle écrit sous le nom d'Anne Duguël pour les adultes et de Gudule pour les enfants. Aujourd'hui elle est l'auteur d'environ soixante-dix romans destinés à toutes les tranches d'âge."

L'amour en chaussettes, présentation de l'éditeur : Delphine est passionnément amoureuse de son professeur d'arts plastiques. Celui qui a pris l'initiative de leur faire un cours " décoiffant " sur le préservatif. Quand le prof lui fera fermement comprendre que rien n'est possible entre eux, elle trouvera refuge dans les bras d'un autre amour avec qui elle vivra sa première expérience sexuelle...

C'est l'ouvrage Qui a peur de la littérature ado ? d'Annie Rolland qui m'a donné envie de découvrir ce livre (cf. mon post du 06/07/09). J'ai bien aimé l'ambiance qui émane de ce roman : les mirages de la jeune fille amoureuse de son prof d'arts plastiques, entretenus par la bonne copine, avivés aussi sans doute par cette leçon inattendue sur les préservatifs qu'il leur donne (figurant ainsi l'adulte qui a su rester jeune)... La façon dont l'enseignant finira (enfin) par couper court aux illusions de la jeune fille m'a semblé en revanche un peu abrupte, pourquoi ne pas l'avoir fait plus en douceur, et surtout beaucoup plus tôt ?... Quoi qu'il en soit, tout est bien qui finit bien : la jeune fille se console avec un garçon de son âge et le livre se termine par la "première fois" balbutiante de deux adolescents amoureux.

Ma note : 14/20

Editions Thierry Magnier, février 2006, 127 p.

Pour retrouver avec bonheur Pif Poche (sous prétexte de le faire découvrir à vos enfants !!), mais aussi Placid et Muzo, Dicentim le petit Franc, allez faire vos provisions sur ebay !