lauraA Suspicious River, petite ville du Michigan, on trouve des cygnes, des vestiges indiens, "un bowling, sept églises, dix motels, quatorze bars..." (p. 73). Leila, jeune femme mariée de 24 ans, travaille dans un de ces motels comme réceptionniste. Elle est bientôt tentée de retrouver certains des clients de l'hôtel dans leur chambre pour leur vendre ses charmes. Elle s'attache à l'un d'eux, mais continue néanmoins à se prostituer... Le fait-elle pour l'argent ? La réponse, complexe et glaçante, nous apparaît peu à peu à travers les retours sur son passé qui jalonnent le récit, dévoilant les drames qui ont marqué son enfance et son adolescence...

Le roman est prenant, captivant, mais très dérangeant aussi. Leila semble étrangement absente, indifférente, passive au milieu de ce drame, notamment dans ses relations avec les hommes, et cela renforce le malaise du lecteur.

Un tic d'écriture de l'auteur, déjà constaté dans un autre de ses ouvrages m'a particulièrement agacée ici : la succession des "comme" (en moyenne trois par page) avec des comparaisons parfois creuses, ineptes (exemple p.102-103 : "... des gobelets en plastique blanc pareil à du lait de vache...", "... la surface noire comme de l'encre...", "... ses cheveux étaient aussi lisses que du plastique...").

Un roman trouble, déconcertant, dérangeant.

Ma note : 13/20

A Suspicious River, Laura Kasischke, Seuil, collection Points, septembre 2000, 403 p.