pagePrésentation de l'éditeur : (...) Antoine a beau être diplômé d'araméen, de biologie et de cinéma, iI n'en est pas plus heureux. Et, selon lui, ce sont précisément son intelligence et sa lucidité qui lui gâchent l'existence. Aussi décide-t-il d'arrêter de penser. II envisage d'abord de devenir alcoolique, mais, dès le premier verre, il sombre dans un coma éthylique. II s'intéresse ensuite au suicide, mais la mort ne l'attire décidément pas. Reste l'acte ultime : la crétinisation. Loin de tout moralisme, avec humour et détachement, Martin Page pointe les contradictions contre lesquelles nous nous battons tous, pour peu que nous tentions de réfléchir.

Voilà, tout est dit ! Pour Antoine, l'intelligence ne fait pas le bonheur, c'est le moins qu'on puisse dire... Lorsque, conformément à ses souhaits, il est enfin devenu heureux/stupide, "Antoine n'était plus singulier, il se reconnaissait dans les autres comme dans des miroirs vivants ; ce qui lui épargnait bien des efforts." (p.82)... Les fast-food, la TV, les salles de sport, les grosses voitures, les vêtements de marque... bref toutes nos "faiblesses" d'occidentaux privilégiés, nos signes de beaufitude et/ou d'aisance matérielle en prennent pour leur grade. Mais l'anti-conformisme n'est pas épargné non plus !

Ce court roman est amusant, quelques passages sont mignons, un bon moment de lecture malgré une fin qui m'a laissée dubitative... Merci à Laure et Anne pour l'idée.

Ma note : 13/20

Comment je suis devenu stupide, Martin Page, J'ai lu, juillet 2003, 124 p.