HP5Synopsis : L'étau démoniaque de Voldemort se resserre sur l'univers des Moldus et le monde de la sorcellerie. Poudlard a cessé d'être un havre de paix, le danger rode au coeur du château... Mais Dumbledore est plus décidé que jamais à préparer Harry à son combat final, désormais imminent. Ensemble, le vieux maître et le jeune sorcier vont tenter de percer à jour les défenses de Voldemort. Pour les aider dans cette délicate entreprise, Dumbledore va relancer et manipuler son ancien collègue, le Professeur Horace Slughorn, qu'il croit en possession d'informations vitales sur le jeune Voldemort. Mais un autre "mal" hante cette année les étudiants : le démon de l'adolescence ! Harry est de plus en plus attiré par Ginny, qui ne laisse pas indifférent son rival, Dean Thomas ; Lavande Brown a jeté son dévolu sur Ron, mais oublié le pouvoir "magique" des chocolats de Romilda Vane ; Hermione, rongée par la jalousie, a décidé de cacher ses sentiments, vaille que vaille. L'amour est dans tous les coeurs - sauf un. Car un étudiant reste étrangement sourd à son appel. Dans l'ombre, il poursuit avec acharnement un but aussi mystérieux qu'inquiétant... jusqu'à l'inévitable tragédie qui bouleversera à jamais Poudlard...

Sixième opus de la série, et c'est toujours pareil : le château de Poudlard est fabuleux, les paysages magnifiques, les effets spéciaux époustouflants... Mais désormais, Harry Potter et ses amis sont en proie aux affres de l'adolescence : émois amoureux, timidité, rivalités, jalousies... Cela ne détourne cependant pas notre héros de sa mission d'élu : vaincre les forces du mal.

hp6

Au menu donc : amour, aventure, frayeurs... et longueurs pour ceux qui ne raffolent pas du genre... J'ai aimé le nouveau personnage incarné par Helena Bonham Carter, en revanche l'amoureuse transie de Ron m'a semblé affreusement excessive. Hermione est de plus en plus mignonne, Ron gagnera sûrement à s'affiner à l'âge adulte, et Harry reste hélas un peu trop lisse à mon goût.

hermionehp1   hp6   hp3

L'avis du fiston : "j'ai trouvé le sixième volet de la série bien (mais moins que le livre), parfois repétitif mais les 2H30 sont passées vite."