Grand Corps Malade, le slameur évoqué dans le billet précédent, et sa chanson à laquelle il est fait référence dans Suivez-moi-jeune-homme de Yaël Hassan.