de_vigan

fait_main

On m'a offert ce livre magnifique hier. Captivée d'emblée, j'aurais aimé avoir le temps de le lire d'une traite, impossible mais je l'ai quand même dévoré...

Une journée parisienne dans la vie d'une femme et d'un homme qui ne se connaissent pas. Deux histoires parallèles...

Lui, c'est Thibault, médecin urgentiste. Il vient de quitter Lila qu'il aime profondément mais dont l'indifférence le fait souffrir depuis trop longtemps. On accompagne sa journée harassante de médecin, "il passe un tiers de son temps dans sa voiture à chercher une place pour se garer ou bien coincé derrière des camions de livraison." (p. 281). Il ne cesse de côtoyer la misère, la détresse humaine : "Sa vie se partage entre 60% de rhino-pharyngites et 40% de solitude." (p. 214)...

Elle, c'est Mathilde, la quarantaine, elle élève seule ses trois fils. On lui a prédit qu'en ce 20 mai, elle ferait une rencontre. Elle a en effet consulté une voyante parce qu'elle est à bout, nerveusement épuisée. Depuis près d'un an, elle est rongée par les insomnies, minée par son travail et la pression que lui fait subir son supérieur hiérarchique. "Mathilde se lève. Son corps est épuisé. Epuisé avant même de commencer. Son corps ne récupère plus, il s'est vidé de sa matière, de son énergie, son corps s'est transformé en poids mort." (p. 46). Inexorablement, elle s'enfonce, elle se noie, sans requérir l'aide de personne : "Mais quand elle y réfléchit, le soir, allongée dans son lit ou plongée dans l'eau brûlante d'un bain, elle sait très bien pourquoi elle se tait. Elle se tait parce qu'elle a honte." (p. 54). Le harcèlement moral va crescendo. Heureusement il lui reste l'amour de ses enfants, les paroles d'une collègue compréhensive, le soutien (tardif) de la DRH...

Tous deux semblent sur le fil du rasoir, parvenus à un point de non-retour : "Il arrive un moment où le prix est devenu trop élevé. Dépasse les ressources. Où il faut sortir du jeu, accepter d'avoir perdu. Il arrive un moment où l'on ne peut pas se baisser plus bas." (p. 282)...

Voilà un beau roman fort, très émouvant, poignant. Merci Patricia !

On le lit le coeur serré avec un sentiment de révolte croissant. J'ai été touchée par le courage de cette femme qui va travailler coûte que coûte, et bouleversée par la cruauté du supérieur qui la harcèle de manière insidieuse...

Ma note : 16/20challenge_du_1_litteraire_20091

Les heures souterraines, Delphine de Vigan, Jean-Claude Lattès, août 2009, 299 p.

Premier livre lu dans le cadre du Challenge 1% littéraire 2009

Delphine de Vigan est une auteur que j'apprécie beaucoup, son écriture est douce même lorsque le sujet est violent, comme ici. Elle sait se renouveler de livre en livre. J'ai particulièrement aimé No et moi et Jours sans faim, un peu moins Les jolis garçons et Un soir de décembre.

no_et_moijours_ss_faim