fournierPrésentation de l'éditeur : Je regarde une vieille photo. J'étais pas mal, avant. Pourquoi, chaque année, je me trouve de moins en moins bien ? Peut-être parce que c'est l'hiver ? Si vous passez l'hiver, vous verrez : l'été, c'est pareil. Vous savez comment on s'aperçoit qu'on est vieux ? Quand, même bronzé, on reste moche.

Soixante ans, l'âge de la retraite, on a bien entamé la deuxième moitié de sa vie. Jean-Louis Fournier brosse ici un portrait sans concession et plein d'humour du vieillissement. On retrouve son mordant habituel, ça se lit vite et facilement, c'est très plaisant (quelques blagues sont un peu éculées, mais bon...).

"Vous savez comment on s'aperçoit qu'on vieillit ? Quand on dit : "Les agents de police sont de plus en plus jeunes." " (p. 73). Pour ma part, c'est quand je constate que des médecins ou des écrivains (métiers de "vieux" par excellence quand on est enfant) sont beaucoup plus jeunes que moi.

"Epicure a dit : "Ne craignez pas la mort, quand elle sera là, vous ne serez plus là." Mais la vieillesse, quand elle sera là, on sera encore là." (p. 81).

Ma note : 14/20

Mon dernier cheveu noir - Avec quelques conseils aux anciens jeunes, Jean-Louis Fournier, Editions Anne Carrière, janvier 2006, 224 p.

Jean-Louis Fournier est notamment l'auteur de :

fournier2fournier3

... c'est aussi le papa de "La noiraude", sympathique vache hypocondriaque des années 1970, à (re)découvrir en DVD... et de "La minute de monsieur Cyclopède" avec Pierrre Desproges

fournier4desproges