rougeStephie nous a fait redécouvrir Thierry Jonquet - merci Stephie ! -, on explore toutes les facettes de son oeuvre. Mr s'est consacré à la lecture de ce témoignage de sa jeunesse trotskiste :

"Un livre en partie autobiographique de Thierry Jonquet. Son intérêt principal est historique. Il y présente de manière critique ses premiers engagements politiques au sein de Lutte Ouvrière. Le livre est très amusant quand l'auteur ironise sur ses camarades "pro-lé-tai-res" (sic), en les présentant, sans avoir besoin d'en rajouter, et évoque "leurs" "idées". L'emprise de l'organisation sur ses membres est cependant effrayante, tant il s'agit d'une bonne illustration de ce que dénonce François Koch (cf. infra). Des idéaux ayant eu cours au début de la création de l'Etat d'Israël sont aussi à rappeler, même s'ils paraissent aujourd'hui bien lointains, et pas seulement dans le temps. Arthur Koestler, un de mes auteurs favoris, est notamment cité dans ce témoignage. Quoi que l'on pense des engagements politiques de Thierry Jonquet, sa conclusion est intéressante : "La solution n'était peut-être pas de tenter de reconstruire le parti bolchevik ou de s'isoler dans un kibboutz pour se donner l'illusion de vivre le socialisme en autarcie. Mais qui la détient, la solution ? Ceux qui prêchent le réalisme ?" (p. 173).arlette

Ma note : 12/20"

Rouge c'est la vie, Thierry Jonquet, Seuil, Points, mai 1998, 173 p.

Pour en savoir plus sur Lutte Ouvrière à l'époque d'Arlette Laguiller, l'excellent reportage de François Koch.