fiorettoPrésentation de l'éditeur : Un hameau rural recroquevillé sur un drame jamais élucidé : la disparition du meunier dans les eaux boueuses du torrent. Mais il n'y a pas que le fantôme du malheureux que l'on croise par ici : les plus grands écrivains du moment sont venus s'inspirer du passé tourmenté du village pour écrire leur prochain best-seller. Tant de grandes plumes réunies permettront-elles de faire éclater la Vérité ? Après Et si c'était niais ?, Pascal Fioretto, caméléon littéraire bientôt chauve, nous entraîne dans une nouvelle aventure haletante, pleine de rires et de fureur.

Neuf chapitres, neuf auteurs pastichés ici à tour de rôle, pour notre plus grand plaisir.

Pignol et ses romans du terroir : "A la mort de Jean-Marcel de Peuchac, un homme coulant comme le miel, coloré comme la confiture et cultivé comme la terre, la propriété avait été acquise pour une remuée de bressac par Adrien Jeantout (...)" (p. 20). "Louison et Jeanne se retrouvaient chaque nuit dans l'étable où Louison la montait à cru, déployant avec fougue une énergie trop longtemps retenue. De son côté, la jeune fille enseignait à son amoureux tout ce qu'elle avait découvert dans les livres empruntés au Bibliobus." (p. 30). Un régal, surtout si on a déjà lu des romans de "l'école de Brive" !

Je n'ai pas retrouvé le style de "Plancol", c'est plus vulgaire ici. Il est vrai que les personnages, dialogues et situations de l'original sont tellement caricaturaux qu'il semble difficile d'en faire plus ! (ouh, je courbe le dos : je vais me faire des ennemis !!)

La parodie de Millenium est excellente (bien vu, le coup de l'armoire) : "Elle fit un tirage papier qu'elle roula en cylindre dans le pied creux de son lit puis enregistra une sauvegarde du fichier en pdf sur la clé USB qui lui servait de piercing à la joue." (p. 61).

Le chapitre Modiamo ne m'a pas captivée, probablement parce que je ne connais pas l'original ?

Burbery : fidèles à l'oeuvre pastichée, les interminables digressions philosophiques de la patronne de l'hôtel et les questionnements de l'enfant surdoué.

Schmit : je n'ai pas reconnu l'original, à part les références à Dieu.

Solers : je n'ai jamais rien lu de l'auteur parodié, on m'avait prévenue qu'il était mégalo-mytho-lubrique, ça semble confirmé ! Le pastiche est en tout cas très drôle : "Passage à l'acte, donc, derrière un rayonnage, chez les Grecs, forcément. Homère si possible. Cyclope, si tu nous regardes..." (p. 139).

Muzo et ses vertigineux voyages dans le temps sur fond d'amour impossible...

Et enfin Delerme, où le cocooning pantouflard-beauf-intello est célébré...

Ma note : 15/20  gif_rire

L'Elégance du maigrichon, Pascal Fioretto, Chiflet et Cie, septembre 2009, 199 p.

Du même auteur, en format poche et tout aussi amusant :

fioretto2