munichFin des années 1930 dans l'Allemagne nazie, Josef Kalteis est condamné à mort puis guillotiné. Il a violé et assassiné plusieurs jeunes filles, dont l'innocente Kathie, venue en ville pour y "trouver le bonheur" : "Elle chercherait une place et ne retournerait plus jamais à la campagne. C'était beaucoup mieux ici. Elle deviendrait une dame de la ville. Le bonheur était dans la rue, elle n'aurait qu'à se baisser pour le ramasser." (p. 37). On suit l'errance de cette jeune femme naïve dans Munich, son amitié pour un couple, son engouement soudain pour un mystérieux chauffeur, et enfin sa façon désespérée de se donner à qui veut. En parallèle, on subit les actes du tueur en série, et les détails atroces iront crescendo.

De Andrea Maria Schenkel, j'avais apprécié le très sombre La ferme du crime (comparé à De sang-froid, de Truman Capote, qui est dans ma PAL). Là encore, l'auteur part d'un fait divers réel pour reconstituer une histoire sordide. Témoignages, présentations des victimes et interrogatoires de l'accusé alternent. La lecture est d'abord très agréable - grâce à un style vif et fluide - même si l'atmosphère se fait de plus en plus oppressante... Mais la fin m'a mise vraiment mal à l'aise, on en vient à se demander pourquoi un tel livre ? à quel type de lecteur s'adresse-t-il ? on se sent voyeur et on frémit d'imaginer que l'auteur a peut-être voulu exhiber, en effet...

Sophie a également été "mal à l'aise".

Merci pour vos avis...

Un tueur à Munich : Josef Kalteis - Andrea Maria Schenkel, Actes Sud, Actes Noirs, mars 2009, 166 p., 15,20 €.

A propos de l'auteur : Andrea Maria Schenkel vit avec sa famille près de Regensburg, en Bavière. A sa publication, La Ferme du crime, son premier roman, a été proclamé "meilleur roman criminel du printemps 2006" par les libraires allemands et a reçu le prix Fiedrich-Glauser. Un tueur à Munich a reçu la même distinction l'année suivante. Andrea Maria Schenkel vient de terminer un troisième roman. (source : Amazon).

* * * *

C'était ma petite pause "court roman glauque" du mercredi, je sature complètement avec les lectures imposées !