cactusLa famille de Kergolen est on ne peut plus "respectable" : versaillaise, catholique pratiquante, cinq enfants surdoués, les filles font de la danse classique et vont au conservatoire, les garçons sont scouts. Seule ombre au tableau : le fils aîné de vingt-cinq ans, Wallerand, est en prison. Il a "poussé" (seulement ?) sa compagne Sophie, elle est désormais dans le coma. Toute la famille rend visite à Wallerand au parloir le dimanche, sauf Marie-Liesse, la petite soeur de treize ans, qui refuse : elle ne pardonne pas cette violence à son frère. La mère en veut terriblement à la jeune fille, qui peut heureusement compter sur le soutien de sa soeur Marie-Sidonie, seize ans, dans cette famille où la discussion entre générations ne semble pas aller de soi...

Ce roman s'adresse aux adolescents à partir de douze ans. Il entend montrer que la violence conjugale se rencontre partout, qu'un dérapage est vite arrivé, quelle que soit l'éducation reçue et le niveau culturel... Je suis restée relativement étrangère à cet ouvrage pour plusieurs raisons. En premier lieu, ce style de famille particulièrement rigide me met mal à l'aise. Par ailleurs, je comprends mal qu'une mère puisse préférer un de ses enfants, et qu'un parent tienne rigueur à l'adolescent qui ne se plie pas à ses exigences au point de ne plus lui parler et même de l'ignorer pendant plusieurs semaines. Le comportement des deux soeurs ne m'a pas convaincue non plus... Cet ouvrage peut néanmoins expliquer aux ados qu'un drame familial peut aveugler les parents et les conduire à négliger temporairement leurs enfants.

Un cactus à Versailles, Maïté Bernard, Syros, Tempo+, août 2009, 186 p.

2_5