rogerDix nouvelles empreintes de sensibilité et de tendresse, et non dénuées d'humour. Elles sont peuplées de personnages attachants confrontés à la solitude, la vieillesse, la mort d'un proche... Il y est question de la ville, de solidarité, d'amour...

C'est décidément comme auteur de nouvelles que je préfère Marie-Sabine Roger. J'ai beaucoup apprécié Les encombrants, et même si dans Il ne fait jamais noir en ville, les chutes sont parfois prévisibles, peu importe, tant le charme opère tout au long des récits... J'ai été moins séduite en revanche par le roman La tête en friche.

Avis : 14/20

Il ne fait jamais noir en ville, Marie-Sabine Roger, Editions Thierry Magnier, mai 2010, 105 p.