cadres_noirssmiley_id117729  Lu par Mr :

Dans la première de ses trois parties, intitulée "Avant", l'auteur dresse un brillant portrait d'un de ses personnages centraux, Alain Delambre. Ce "senior" ne supporte plus son statut social d'ex-cadre à la recherche de ce qui serait pour lui un véritable emploi. L'importance du travail pour la représentation qu'il se fait de lui-même, à travers celle de la société et en particulier de celle des membres de sa famille, y est très bien mise en évidence, ce qui contribue beaucoup à la crédibilité du scénario. Pressentant des drames à venir, j'ai cependant trouvé les trente dernières pages de cette première partie un peu lassantes.

L'intérêt du récit est relancé dans la seconde partie, intitulée "Pendant", non seulement en raison de la description des évènements mais aussi par un habile changement de narrateur qui laisse présager le pire pour Alain Delambre.

La troisième partie du roman, intitulée "Après" réserve quelques surprises au lecteur, savamment dosées. Le récit reste palpitant bien que quelques scènes d'actions y soient à mon avis superflues.

Ce roman pourrait donner lieu à une adaptation cinématographique intéressante, à condition qu'elle reste centrée sur ses points forts, à savoir son scenario central et des personnages crédibles avec des profils variés. Les touches d'humour qui émaillent le récit me paraissent en revanche difficilement transposables à l'écran. Voici quelques citations en illustration :

"Tout le monde ne vient pas aux entretiens d'embauche avec un Beretta chargé (...). C'est peut-être un tort d'ailleurs. Ca va sérieusement en faire réfléchir plus d'un."

"Avec mon gendre on a passé des soirées entières à s'étriper. Il représente à peu près tout ce que je déteste. C'est un vrai drame familial. (...). Une soirée avec mon gendre c'est trois jours de fureur solitaire. Je refais la conversation de la veille comme d'autres rejouent le match".

"Sur l'écran Dorfmann élève le ton.(...)      - Néanmoins ... cette initiative ne saurait créer jurisprudence.    Compliqué comme phrase, pour TF1."

En résumé, malgré quelques petites longueurs, j'ai trouvé ce roman excellent. Ses thèmes, la qualité de son intrigue et son style m'ont fait penser au roman Le bal des débris de Thierry JONQUET, excellent également.

Un grand MERCI à Lasardine pour le prêt.

L'avis enthousiaste de Canel.

Cadres noirs, Pierre Lemaitre, Calmann-Lévy, février 2010, 349 p.