owlLu par Mr, un peu absent de la blogo ces derniers temps. Il revient, à la demande de son fan-club (coucou Mme es-F**** !)  :

coeur_1

La dernière frontière de Archibald Belaney, alias Grey Owl (Hibou Gris, 1888-1938) raconte non seulement la vie quotidienne d'un trappeur dans le grand nord canadien mais aussi celle des autochtones parmi lesquels l'auteur s'intégra - d'où son pseudonyme - ainsi que la disparition de leurs cadres de vie et civilisation. Ce premier ouvrage de l'auteur, au caractère autobiographique prononcé, a été écrit en 1931, année de sa nomination comme gardien d'un parc naturel canadien. Ce livre rend hommage à la nature et à un mode de vie compatible à sa sauvegarde, en l'occurrence celui adopté par les chasseurs(-cueuilleurs) nomades. L'auteur ayant vécu les dix-huit premières années de sa vie en Angleterre avant d'arriver au Canada, ses analyses sont parfaitement compréhensibles pour des lecteurs occidentaux d'aujourd'hui, d'autant plus que son style est limpide et agréable. J'ai été particulièrement touché par l'humilité de Grey Owl, la narration de ses exploits (de même que celle de ses erreurs) visant d'abord à magnifier le grand nord canadien et ses habitants (humains, castors ...) capables d'y vivre malgré des conditions très difficiles. Un livre très intéressant, que je recommande notamment à ceux que l'histoire de la colonisation du continent nord américain intéresse. De cet auteur je viens d'acheter Récits de la cabane abandonnée, aussi édité par les éditions Souffles dans la collection Arbres de chair. Merci à Cécile qui m'a offert La dernière frontière et fait découvrir cet auteur.

La dernière frontière, Grey Owl, Souffles, Arbres de Chair, novembre 2009, 368 p.