jeanneEn 1900, la ville de Paris est entourée de fortifications érigées depuis les années 1840. A l'extérieur de ces fortifs, c'est la Zone, où des ouvriers, des chiffonniers, se construisent des petites maisons en bois et vivent frugalement mais dignement. Mode de vie à mi-chemin entre ville et campagne, solidarité entre voisins, proximité des usines polluantes, aspiration des ouvriers à des conditions moins pénibles... voici le contexte des premières années de Jeanne, une "zonière" parmi d'autres...

En commandant cet ouvrage, j'avais cru qu'il s'agirait d'une autre BD d'Etienne Davodeau. Eh bien non,  c'est un documentaire sous forme d'album, dont les dessins illustrent un texte... Passé une légère déconvenue, j'ai rapidement été captivée par Jeanne et cette période de l'Histoire parisienne que je ne connaissais pas. Cela m'a fait penser à la collection Quand papy avait mon âge, mais cet ouvrage est plus étoffé, destiné à des enfants un peu plus âgés. Le lexique de fin est particulièrement instructif, y compris pour les adultes, les définitions sont enrichies de citations d'auteurs (Perec, Baudelaire, Dabit, Bachelard...). On y apprend notamment que le terme "apache" désignait "un jeune délinquant de Paris et de sa banlieue", que les produits étaient taxés intra-muros seulement, que l'octroi existait encore... Bref, ce voyage dans la banlieue parisienne du début du XXème siècle est plein de charme et vraiment passionnant. A lire dès 10-12 ans.

Jeanne de la Zone, Etienne Davodeau et Frédérique Jacquet, Editions de l'Atelier, L'Histoire sensible, septembre 2008, 108 p.