cuencaL'avis de Canel :

Alsace, 1916, Etienne a vingt-deux ans. Son quotidien ? Vivre tant bien que mal dans les tranchées, être sale, souvent trempé, mal manger, peu dormir, voir les copains mourir, tuer soi-même… Une lueur cependant au milieu des ténèbres de la guerre : le jeune homme reçoit lettres et colis de sa marraine de guerre, et lui écrit en retour. Ses camarades se moquent gentiment : qui est-elle ? n'a-t-il pas envie de la rencontrer ?

Un très bon livre pour ados sur la guerre, la mort, l'amour, et l'espoir qui aide à surmonter de terribles épreuves. Sans trop s'appesantir sur le sordide, mais sans l'éluder non plus, ce court roman montre la réalité de la Guerre 14-18. Une excellente introduction sur cette période de l'Histoire, à compléter par A l'Ouest rien de nouveau (Erich Maria Remarque), pour rappeler que l'horreur était identique de chaque côté.

Merci, Pimprenelle, pour l'idée !

... et de Mr :

C'est à juste titre que ce récit a été publié en édition "jeunesse". Je l'ai trouvé très didactique sur le première Guerre mondiale, agréable à lire mais peut-être un peu naïf, même s'il n'épargne pas aux jeunes lecteurs les horreurs de la guerre.

La marraine de guerre, Catherine Cuenca, Le Livre de Poche Jeunesse, août 2007, 89 p.