alexAlex, jolie trentenaire, se fait enlever en pleine rue par un homme qui la suivait depuis plusieurs jours. La hiérarchie de Camille Verhoeven le sollicite pour enquêter sur cette disparition - un moyen sans doute de le remotiver, quatre ans après le décès d'Irène dont il se remet difficilement. Les recherches s'annoncent complexes : on ne connaît ni l'identité de la victime, ni celle du ravisseur.

La suite de Travail soigné ? oui, puisqu'on retrouve la "brigade Verhoeven" seulement amputée de Maleval. Un polar aussi captivant ? pas tout à fait : il faut attendre plus du quart du récit pour commencer à entrevoir un début d'intrigue. Avant, tout est dilué, aussi bien du côté ravisseur-proie que du côté de l'équipe policière qui piétine sur l'affaire et ressasse ses souvenirs. Mais après cent longues pages, le roman décolle enfin et on avance alors à un rythme frénétique. On retrouve ce qu'on aime chez Lemaitre : suspense haletant et rebondissements, mais aussi hélas ce qu'on peut ne pas aimer : des invraisemblances et des ficelles déjà utilisées, beaucoup de violence... Pour la première fois, le style de l'auteur m'a agacée : dialogues manquant de subtilité, personnages taillés à coups de serpe  - caricaturaux (Armand) et/ou odieux (Camille). Malgré une explication attendue et relativement courante dans les thrillers, le dénouement est perturbant. Quant à la machination diabolique finale, elle a beau être très rocambolesque, elle n'en reste pas moins jubilatoire pour le lecteur.

Un thriller que j'ai dévoré, malgré ce que je lui reproche !

Tire la langue  : 13/20 Horloge  englouti du 06 au 07/02

Alex, Pierre Lemaitre, Albin Michel, février 2011, 392 p.

Merci, Sophie, pour cette lecture commune abondamment commentée a posteriori, et merci, Alex, pour l'effet "sérum de vérité" !  Clignement d'œil

lecteur  lecteur