bifteckLu par Mr :

Un boucher dont le commerce prospère grâce à ses multiples conquêtes féminines...

Les premières pages de ce livre m'ont rapidement accroché, grâce à l'humour qui s'en dégage et à son ton inhabituel. L'histoire racontée prend ensuite la tournure d'une fable, d'un conte. J'aurais préféré qu'elle reste dans un registre moins loufoque, avec une chronologie cohérente et des événements plus réalistes, ce qui aurait été possible sans bouleverser son fil conducteur.

La quatrième de couverture fait un rapprochement avec Rabelais, j'ai pour ma part aussi pensé à Jean Teulé (sans ses côtés provocateur et crû) et au roman Le vieil homme et la mer (sans son sérieux).

En résumé, un bon moment de divertissement pour moi, en raison de l'originalité du livre. Le lecteur sait très vite s'il a envie ou non de poursuivre, le ton est rapidement donné.

Bifteck, Martin Provost, Phébus, août 2010, 128 p.