wilt1Lu par Mr :

Henry Wilt enseigne la culture générale à des apprentis de filières technologiques. Réputé être un bon enseignant, il ne parvient cependant pas à obtenir de promotion, ce que lui reproche constamment sa femme Eva. Celle-ci s'implique pleinement dans diverses activités successives que son mari déplore (poterie, yoga...). Les difficultés d'Henry et quelques événements imprévisibles vont le conduire à se comporter momentanément de manière bizarre. Après la disparition inexpliquée de son épouse et après que deux ouvriers eurent aperçu le cadavre d'une jeune femme au fond d'un puits qu'ils remplissaient de béton, Wilt devient le suspect "numéro un" dans l'enquête de police. Ce livre n'est cependant pas un roman policier puisque l'ensemble du propos et des situations sont très loufoques... et souvent trop, même...

J'avais conservé un excellent souvenir de ce roman découvert il y a vingt ans et qui m'avait alors par moments fait rire aux éclats. Cette relecture ne m'a pas déçu, même si je me souvenais du fil conducteur de l'histoire et malgré l'impression - nouvelle - que l'auteur perd une partie de son efficacité en rajoutant parfois inutilement des détails improbables ou exagérés. J'ai à nouveau trouvé les dialogues entre Wilt et l'inspecteur Flint extraordinairement drôles. L'image des policiers britanniques n'en sort pas grandie ! Au moyen de l'absurdité de situations qu'il met en scène, Sharpe critique très sévèrement diverses catégories de la société anglaise (intellectuels branchés ou prétendant l'être, policiers zélés, membre du clergé, psychiatre...) et porte un regard désabusé sur son système d'enseignement.

Ce roman pourrait donner lieu à une adaptation cinématographique intéressante, à condition de ne pas être réalisée par les Monthy Python - pas besoin d'en rajouter dans le même registre !

L'avis enthousiaste de Pickwick qui, sur les quatre opus, a largement préféré le premier, comme moi.

Horloge dévoré en une journée

Wilt 1, Tom Sharpe (1976), traduit de l'anglais par François Dupuigrenet-Desroussilles, Editions 10-18, 1988, 288 p.