lait_noirEntre témoignage, fable et essai, ce livre expose les doutes de l'auteur sur la compatibilité entre maternité et création littéraire. Elif Shafak a traversé une période de dépression post-partum - trouble qui, selon ses ancêtres, noircit le lait maternel et le rend donc impur pour le bébé - et parallèlement, une panne d'inspiration créatrice. Quelques années plus tard, elle a réussi à faire de ce "lait noir" l'encre de cet ouvrage, destiné à tirer un trait sur cette sombre parenthèse. Elle y ressasse les questions "enfanter ou écrire ?", "Istanbul ou les Etats-Unis ?"...

Dépression, place des femmes dans la société, création littéraire, maternité, tels sont donc les thèmes de ce récit. Si quelques uns des propos m'ont intéressée - et certains même émue - je me suis globalement beaucoup ennuyée.

Je n'ai pas adhéré une seconde à l'artifice des "mini-créatures" qui représentent les conflits intérieurs de l'auteur, les différentes facettes féminines qui se disputent en elle. Mon agacement à la lecture de ces passages n'a fait que croître, et hélas, ils sont fréquents ! Les exemples d'auteurs féminines célèbres (Sand, Plath, Austen, Beauvoir...) et d'épouses d'écrivains (Sophie Tolstoï) m'ont plu, mais le mélange avec la part introspective m'a fait l'effet d'un patchwork dysharmonieux, raté... Voici pour la forme.

Quant au fond, eh bien je suis totalement étrangère aux affres de la création (littéraire ou autre), j'ai donc eu du mal à trouver un intérêt à cette question ressassée indéfiniment par l'auteur. Le sujet aurait pu être élargi au thème du partage entre vie active et foyer, mais non : la vedette est donnée aux femmes écrivains... Par ailleurs, quid de la place de l'homme, du père, dans le fait de choisir de devenir mère ou non ? Rien à ce sujet, rien sur son rôle actuel dans l'éducation des enfants qui permet à la femme de s'ouvrir vers l'extérieur. Les auteurs féminines citées par Shafak étaient effectivement victimes d'une organisation des tâches ménagères et éducatives peu équitable, mais celles d'aujourd'hui ? Elle n'en parle pas. Bref, elle tourne en rond autour de SON problème "être auteur ou mère ?" qu'elle finit par résoudre (en fait, il suffisait d'un prince charmant) - ouf ! et là ça devient plus intéressant.

En résumé : émotion et empathie au tout début et sur les cent dernières pages (mention spéciale au chapitre IX), de l'intérêt pour les passages didactiques, mais beaucoup d'ennui et d'exaspération à la lecture de ce livre dilué, nombriliste, agaçant.

Pour découvrir l'auteur, mieux vaut lire La Bâtarde d'Istanbul.

Gêné 2 - du 13 au 16 mai, péniblement sur plus de 200 pages.

Lait noir, Elif Shafak, 10/18, septembre 2010, 351 p.

Lecture commune avec L'Ogresse et Anne (de Poche en Poche), merci à vous !

  lecteur  lecteur  lecteur