frimanssonEncore un roman très sombre. Il s'agit bien de la suite de Bonne nuit, mon amour, mais ne vous attendez pas à suivre essentiellement Justine. Six années ont passé, la plupart des protagonistes nous sont familiers mais d'autres sont mis en vedette : la meilleure amie de Berit, le fils de Nathan, et le mari d'Ariadne. Quelques thématiques nouvelles : les violences conjugales, la maladie, une fascination macabre pour la peine de mort. Et toujours : le désir de vengeance. De qui ? pour quoi ? je vous laisse le découvrir.

Une légère déception avec ce deuxième opus : beaucoup de longueurs autour de la peur de Justine, autour de personnages qui ne parviennent pas à faire leur deuil de proches disparus. Des rappels superflus de faits largement développés dans le précédent ouvrage. Pas vraiment d'intrigue, juste des menaces qui se précisent ou non pour les uns et les autres. Bref, le récit m'a semblé se traîner jusqu'aux cent dernières pages où tout s'accélère enfin... Un bon moment de lecture malgré tout.

Avis : 14/20 - Horloge  26 au 30 mai

Sophie et Isa ont moins de réticences.

L'ombre dans l'eau, Inger Frimansson, traduit du suédois par Karine Bruy, Editions Générales First, février 2011, 413 p.