vargas arméeAdamsberg & co partent cette fois en Normandie sur les traces d'une armée fantôme de mauvais augure. Ils auront à veiller sur un pigeon entravé, deux fugitifs en cavale, une vieille "belle au bois dormant" et son prince/comte, une fratrie de doux dingues (ou de fous furieux ?)...

Pour moi, le talent de Fred Vargas ne réside ni dans ses intrigues, ni dans ses dénouements - souvent tirés par les cheveux - mais dans sa plume et son univers incomparables. Les personnages et les dialogues sont savoureux, la finesse d'analyse et l'humour subtils et réjouissants, les situations souvent insolites. Nulle trace de "techniciens du labo", nul recours à l'ADN, peu d'action, Adamsberg est un grand sensitif rêveur, patient et malin, qui observe et cogite, et c'est ainsi qu'il résout ses enquêtes.

Passé le grand bonheur des retrouvailles avec l'équipe (j'apprécie de plus en plus Retancourt depuis que je l'ai vue incarnée en téléfilm) et malgré les qualités du roman, je me suis cependant souvent ennuyée entre ces pages. Intrigue diluée ? ou simple lassitude de ma part ?

Si vous ne connaissez pas l'auteur, vous pouvez découvrir L'homme à l'envers pour commencer, mon préféré.

Pensif 3- Horloge  du 3 au 8 juin

L'Armée furieuse, Fred Vargas, Editions Viviane Hamy, Chemins Nocturnes, mai 2011, 426 p.

Gêné  Les pages ont beau être relativement épaisses, on voit l'encre du verso et c'est assez inconfortable.