amourUne mère célibataire, Vibeke, et son fils Jon. Leurs menus faits et gestes du quotidien, à la veille des neuf ans du garçon.

Que d'ennui entre ces pages ! Mais vu la brièveté du récit et s'agissant d'un partenariat Babelio, j'ai persévéré. Le style m'a semblé fastidieux - pour ne pas dire insupportable - et le propos longtemps inintéressant. Les actions les plus banales des protagonistes sont minutieusement détaillées, et on alterne entre "il" (Jon) et "elle" (Vibeke) sans transition, parfois au sein d'un même paragraphe, même si les personnages sont dans des lieux distincts. Quant à l'histoire, eh bien j'ai été fortement agacée par cette mère - au demeurant tout à fait "respectable", selon la formule consacrée - qui laisse son enfant si jeune sortir seul un soir d'hiver et l'oublie pour aller batifoler avec le premier venu...

J'apprends en quatrième de couverture que Hanne Ørstavik "est l'une des voix les plus importantes de la littérature norvégienne". J'ai déjà eu beaucoup de mal avec Cent ans de la Norvégienne Herbjørg Wassmo et Cent portes battant aux quatre vents de l'Islandaise Steinunn Sigurdardóttir. Je vais faire une pause avec les auteurs nordiques... sauf dans le registre "polars-thrillers" que je trouve globalement très agréable... en attendant d'attaquer Rosa Candida  fin août.

Endormi + Triste + Gêné + Agressif = 1- Horloge  traîné péniblement du 22/06 au 05/07, repris à zéro pour redémarrer "sur de bonnes bases" après quelques jours de pause...

Un avis moins décourageant ? celui de Yv.

Amour, Hanne Ørstavik, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, Les Allusifs, février 2011, 133 p.

Merci à Babelio pour ce partenariat !

Critiques et infos sur Babelio.com