Le fléau de DieuL'histoire d'Attila revisitée, je ne saurais dire sur quoi, puisque je connais très peu l'originale... Ici, le redoutable guerrier subit une sorte de dépression "post partum" : que désirer, que faire, quand on a tout conquis ? quand tout nous appartient ? Ce triste constat pourrait être le point de départ de réflexions intéressantes (sur la société de consommation, par exemple), il y a bien quelques tirades vaguement philosophiques, mais trop peu, et pas forcément très percutantes ni drôles. On sourit rarement, on s'ennuie surtout.

Le trait est sec et brut, contrairement au graphisme doux et rond des albums de Larcenet que j'ai lus précédemment. Bon, ok, Attila, n'est pas un bisounours non plus.

Cette BD s'avère donc bien décevante, au final - et dès le début, même ! Rien à voir avec la réjouissante parodie déjantée des aventures de Robin des bois.

Le seule mérite : l'album m'a donné envie d'en savoir plus sur ce personnage mythique, trop brièvement évoqué au collège, faute de temps.

J'espère moins m'ennuyer avec Freud et Le soldat inconnu, dans cette même série !

Endormi Gêné  2

Le fléau de Dieu, une aventure rocambolesque d'Attila le Hun, Manu Larcenet & Daniel Casanave , Dargaud, Poisson Pilote, mai 2006, 48 p.