chroniques birmanesL'auteur suit sa femme qui travaille pour Médecins sans Frontières. Avec leur bébé, ils quittent le Guatemala pour Rangoun, en Birmanie. En attendant d'être bien installé dans un logement et de se remettre à la bande-dessinée, il pouponne, se promène dans les rues, observe et apprivoise cette ville dont les habitants lui semblent très accueillants... l'omniprésence militaire, moins !

D'abord anecdotiques et centrées sur le quotidien de père au foyer du narrateur, les chroniques deviennent plus sérieuses, évoquant les ONG, les moeurs birmanes (bouddhisme Theravâda, attribution des prénoms, constructions traditionnelles...) mais aussi les conditions de vie difficiles dans ce "régime [qui] est l'un des plus oppressifs de la planète" (censures médiatique et culturelle, coupures électriques, népotisme, drogue, Sida...). Le ton reste néanmoins suffisamment léger pour que l'ensemble ne soit ni pesant ni rébarbatif, grâce à un humour tout mignon, une bonne dose d'autodérision de l'auteur et un graphisme agréable, épuré. Seul reproche : le texte est parfois un peu dense.

Décidément, le "neuvième art" est un formidable vecteur d'information et d'enseignement ! Voilà le type de BD qui donne envie aux plus réfractaires à la géopolitique de s'intéresser à l'Histoire d'un pays (en creusant le sujet après lecture). J'espère en apprendre autant et de manière aussi agréable avec les albums antérieurs Shenzhen et Pyongyang.

Merci Gridou, pour ton billet ! Sans ton avis très enthousiaste, je serais passée et repassée devant cette BD à la médiathèque sans l'emprunter, je crois... La couv et sa couleur qui évoquent une histoire militaire ? le titre ?... Et merci, Cédric, de m'avoir relancée dans cette lecture abandonnée quelques semaines, et que j'ai finalement reprise au début.

Pouce levé 4 - Horloge  25-26 juillet, 27-28 août

Chroniques birmanes, Guy Delisle, Delcourt, Shampooing, octobre 2007, 262 p.

Le site de l'auteur ici.

shenzhenpyongyang