les hommes ont soifLu par Mr :

Arthur Koestler (1905-1983), romancier et essayiste anglais d'origine hongroise, est surtout connu pour son roman Le zéro et l'infini  qui a pour cadre les purges staliniennes.

Les hommes ont soif  est une fiction qui met en scène l'assujettissement progressif de démocraties d'Europe de l'Ouest à la puissance impériale dirigeant le bloc de l'Est, à la fin des années 1950.

Koestler, ancien marxiste qui a ensuite renié cette idéologie, réfléchit à des thèmes récurrents dans son oeuvre : dans quelle mesure la fin justifie-t-elle les moyens ? comment un mouvement révolutionnaire peut-il survivre sans abandonner les principes à son origine ? libre arbitre et idéologies sont ils-compatibles ?...

Ici Koestler développe ces sujets via l'intrigue de son roman et à travers les dialogues et débats de ses personnages principaux (intellectuels, romanciers, militaires, diplomates...). Ces dialogues m'ont vite lassé et m'ont semblé pédants, à l'instar de certains des protagonistes. Le propos d'Arthur Koestler dans ce récit a en outre beaucoup vieilli, tant l'état des relations internationales a changé depuis quarante ans.

En résumé, j'ai été très déçu par ce livre que je déconseille. Arthur Koestler demeure cependant à mes yeux un écrivain et un témoin majeur du XXème siècle et je recommande vivement de le découvrir à travers d'autres de ses ouvrages :

- Les somnambules, passionnant récit à propos d'astronomes ayant contribué à la révolution copernicienne, récemment réédité en français

- Un testament espagnol, témoignage sur la captivité de l'auteur dans les prisons franquistes, dans la seconde moitié des années 1930

- Spartacus, sur le personnage antique éponyme

- La quête de l'absolu, commentaires de l'ensemble de son oeuvre par l'auteur lui-même

- L'étreinte du crapaud, passionnant

Les hommes ont soif,  Arthur Koestler, Le Livre de Poche, 1970, 509 p.