Le Floc'hNonna est rentré de la guerre 14-18 brisé, mutique, indifférent à sa fiancée. Ils s'étaient promis en mariage avant son départ, la jeune femme continue d'espérer, il n'en est plus question pour lui.  Il pensait tendrement à elle pourtant, là-bas... Nonna n'a pas non plus repris son métier de pêcheur, il passe son temps à sculpter des petits soldats, à ressasser les mois d'enfer qu'il a vécus.

Encore un ouvrage sur la première Guerre Mondiale, tout aussi poignant, révoltant que les romans jeunesse ou pour adultes que j'ai lus, les films que j'ai vus. Les tranchées, les combats, la boucherie, la peur, la visite du Général "aux mains propres", les copains qu'on voit mourir... Mais aussi quelques moments de répit au milieu de l'horreur : le courrier, les colis, la camaraderie, les blagues...

Ici, on visite alternativement le front et l'immédiat après-guerre, avec ses conséquences psychologiques sur les rescapés, non sans incidences pour ceux qui sont restés et ne reconnaissent plus leurs proches qui sont revenus... Intéressant, émouvant, ce récit est servi par un joli graphisme où les personnages ont de beaux visages, où dominent le bleu en Bretagne, le gris au front.

PS : Zut alors, j'ai pris cet album au hasard à la médiathèque, et là, en cherchant l'image sur le net, je découvre qu'il s'agit de la suite de Trois éclats blancs  que je ne connais pas.

A découvrir dès douze ans.

Pouce levé  4 

Une après-midi d'été,  Bruno Le Floc'h, Delcourt, Mirages, mai 2006, 96 p.