de pierre et de cendre

Dans un manoir anglais à la veille du XIXe siècle, trois jeunes femmes, deux hommes. Les deux filles de la maison, leur préceptrice Charlotte, le père de famille veuf depuis peu, et Samuel, un jeune homme censé donner des cours de dessin - plus une poignée de domestiques pour la déco. On entrevoit vite des mystères autour de sculptures, de leur auteur, de la défunte mère, on subodore des drames récents... Nouvellement arrivés dans la demeure, Charlotte et Samuel sont intrigués, chacun enquête de son côté. Leurs voix alternent dans le récit pour éclairer peu à peu le lecteur sur le passé familial.

D'abord une ambiance très austenienne, en plus léger, donc plus fluide, quelque chose de Du bout des doigts, Le Diable danse à Bleeding Heart Square, Par un matin d'automne. Et puis un ton de plus en plus personnel à mesure que les énigmes se résolvent, suscitant d'autres questions, des réflexions, l'intrigue partant dans des directions inattendues. Nonobstant la 'so british touch', une véritable pépite - grâce à l'intérêt socio-historique, au suspense croissant (digne d'un excellent thriller), aux thématiques variées et subtilement abordées.

Merci Biblio pour le prêt. Un livre vers lequel je ne serais pas allée spontanément, assurément (couv et 4e de couv rédhibitoires !). Comme quoi, vive le prix LdP ! De retour dans quelques minutes ... Mon billet te donnera peut-être envie de découvrir l'excellent roman de Sarah Waters cité ci-dessus ? je l'espère !

PS : comme les jeunes hommes anglais étaient forts au XIXe siècle pour (ne pas) "gérer" leurs désirs les plus ardents, une "sagesse" (?) pire que monacale. Hein Jude et Samuel !?

Pouce levé + Surpris + Premier de la classe  = 5-  Horloge  14 au 17/12

De pierre et de cendre, Linda Newbery, Le Livre de Poche, avril 2009, 380 p.

du bout des doigts        le diable danse        par un matin