la supplicationLu par Mr :

26 avril 1986 : un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Biélorussie, est détruit par une série d'explosions, envoyant des quantités importantes d'éléments radioactifs dans l'athmosphère.

Le sol de la Biélorussie, alors peuplée de 10 millions d'habitants, est contaminé et de la radioactivité diffusée sur l'ensemble de la planète, au gré des vents. En Biélorussie, près de 500 villages ont ensuite été déclarés inhabitables, dont environ 300 enterrés, et 264 000 hectares ont été interdits à l'agriculture. Auparavant, des milliers de soldats, appelés liquidateurs ou "robots verts" (car les vrais robots eux ne résistaient pas aux radiations le temps de l'intervention) ont dû éteindre l'incendie et confiner le réacteur (par le dessus et par le dessous), et les populations atteintes ont continué à vivre quelques jours comme s'il ne s'était rien passé. En effet, les autorités de l'époque ont d'abord tout fait pour minimiser l'évènement, préférant organiser des cérémonies du 1er mai (fête du travail) et du 9 mai (fête de la victoire), plutôt que de donner à la population des recommandations pourtant élémentaires (notamment l'absorption d'iode, pourtant disponible alors, pour en saturer la thyroïde avant qu'elle n'absorbe la radioactivité ambiante, précaution que les responsables du Parti les mieux informés n'omettaient pas de prendre). Les évacuations décidées tardivement ont été un traumatisme pour les personnes qui les ont vécues : officiellement censées partir pour quelques jours, elles devaient emporter le minimum d'objet, laisser leurs animaux familiers..., et ont souvent été accueillies comme des "pestiférés" (comme des personnes radioactives).

L'auteur ne décrit pas cela à la manière d'un essai, il a simplement compilé des témoignages de ces évènements qu'il a recueillis. Le résultat en est effrayant.

Commentaires personnels :

- Le livre révèle un mélange d'organisation (de la censure notamment) et d'inorganisation qu'on peut qualifier de criminel. Gorbatchev prétendra ensuite que les informations nécessaires aux bonnes décisions ne sont pas remontées jusqu'à lui.

- 2011, Fukushima, Japon : nouvelle catastrophe

- 2012, France : nos autorités poursuivent des personnes qui ont démontré que l'on entre dans nos centrales nucléaires grâce à de simples pinces coupantes et que l'on peut y séjourner une nuit entière...

Merci Canel  Cadeau  et merci Cédric pour l'idée !

A lire également Tchernobyl, La zone, album de Natacha Bustos & Francisco Sanchez.

La supplication : Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse - Svetlana Alexievitch, J'ai Lu, mai 2007, 250 p.