les larmes de l'assassinpatagonieAu bout du monde, les terres arides et le climat hostile de la Patagonie. Une famille arrive chez un gangster. Bientôt il ne reste plus que l'enfant et l'assassin. Ils s'apprivoisent, des liens père-fils se créent.

Album emprunté plusieurs fois, jamais eu envie de l'ouvrir jusqu'alors. Le noir qui occupe plus des trois quarts de la couverture ? Peu de couleurs dans les pages, l'ensemble est froid, à l'instar de l'environnement, du récit. Chaque planche est néanmoins colorée de superbes camaïeux, le trait est à l'encre noire, évoquant par moments des pochoirs. L'histoire est belle, émouvante, soulignant l'importance des liens affectifs pour un enfant, que le personnage référent soit "respectable" ou pas...

Il me reste désormais à découvrir le roman jeunesse éponyme d'Anne-Laure Bondoux, dont Thierry Murat dit s'être "librement inspiré".

Pouce levé  15/20 - Horloge  21 janvier

L'avis de Mr :

Cette bande dessinée raconte l'histoire peu banale d'un enfant élevé par un meurtrier. Elle ne laisse pas indifférent mais le ton détaché du récit dérange et permet difficilement de comprendre les réactions de l'enfant. Moins emballé que Canel par le graphisme et par l'histoire, pour les raisons précitées, j'ai cependant apprécié cet album.

Les larmes de l'assassin, Thierry Murat, Gallisol, février 2011, 128 p.

Challenge petit Bac de Enna, catégorie Fonction (l'assassin)

challenge pt bac vert2