mots tuentMara manque d'amour, son père est parti à sa naissance, sa mère est débordée par son travail de couturière. Alors la petite fille écrit dans son cahier, des mots "qui tuent", violents, pour exprimer sa colère, sa haine envers cette mère qui ne l'utilise que comme mannequin pour mettre ses créations en valeur.

En grandissant, elle se réfugie de plus en plus souvent chez sa grand-mère, femme douce et compréhensive. Elle trouve aussi une amie, en 4ème, Clara. Celle-ci vit seule avec son père. Délurée, elle fume, boit de la bière. Mara ne veut pas la décevoir, elle marche sur ses traces - la devance ? - jusqu'au mensonge, au drame.

Un roman court, dense, facile à lire, au sujet délicat. Jusqu'où est-on prêt à aller pour ne pas perdre l'estime de ses amis quand on a tant de mal à se faire aimer ?

A partir de 13-14 ans... pas avant, le format est trompeur.

Pouce levé  14/20 - Horloge  < 1h

Les mots qui tuent,  Agnès de Lestrade, Editions Sarbacane, janvier 2011, 59 p.