fureur sangyorkshireUn couple vedette de présentateurs TV en Grande-Bretagne. Carol l'enquêtrice phare de cette série de McDermid, et un échantillon de futurs profileurs qui font leur apprentissage avec Tony. De très jeunes filles crédules qui se laissent éblouir par la promesse des projecteurs, de la gloire. Et enfin des incendies à répétition...

Faisons confiance à l'auteur pour mélanger tout ça en une intrigue convaincante et tout aussi gore que la précédente.

Le criminel est connu d'emblée, le suspense réside dans ses goûts, ses vices, son effroyable folie que l'on découvre progressivement, et bien sûr dans la façon dont il sera confondu.

McDermid a le don de doter ses tueurs des perversions sexuelles les plus atroces, au point de donner au lecteur qui se repaît de ses intrigues un solide sentiment de culpabilité ("mais pourquoi j'aime ça ?" bon, ouf, ma maman était gentille avec moi et je n'ai pas torturé de petits animaux, j'ai juste embêté des plus jeunes que moi en primaire - quelques signes distinctifs des serial killers, à ce qu'il paraît).

Cet opus nous rend conscients du décor de pacotille, de paillettes et de sourires éclatants entretenu autour de la vie des people (par eux-mêmes et avec la complicité des tabloïds), notamment en ce qui concerne leur sexualité. Cela m'a fait penser à l'excellent Une voix dans la nuit  (? je ne suis pas certaine du titre) de Armistead Maupin et au film pas si léger que ça 'Paparazzi' d'Alain Berbérian... Quant à leurs "dérapages", souvenez-vous : les célébrités sont insoupçonnables, inébranlables (Hall!day, M. Jackson, DSK...).

Bon, à part ça, quelques reproches quand même. Pur délice de lecture sur les deux premiers tiers puis lassitude : trop de flics, alternance fatigante de personnages à chaque paragraphe (d'autant qu'il faut plusieurs lignes pour savoir où on est), redondances, mélange superflu de deux intrigues, trop d'embrouilles pour mener à bien les investigations. Bref, la fin se traîne. L'auteur n'est en outre pas avare de clichés, notamment sur la lourdeur de la gente masculine du Yorkshire (des alcoolos machos et bêtes à bouffer du foin). Ce n'est pas le souvenir que j'en garde, mais j'avais douze ans lors de mon séjour, et avais trouvé les paysages splendides ! De retour dans quelques minutes

J'ai bien envie de lire la suite malgré ces rétiences, c'est certain, mais après une pause : les tueurs de McDermid sont excessivement frappadingues et flippants.

14/20 - Horloge  29 janvier - 4 février

La fureur dans le sang, Val McDermid, J'ai Lu, novembre 2011, 500 p.

Challenge petit Bac de Enna, catégorie Partie du corps

challenge pt bac vert2

 Challenge Thriller de Cynthia, catégorie "Même pas peur" : 16/8

Vous cherchez des idées "lectures-frissons" ? récap des thrillers lus par les inscrits ici