lewis shinerTandis que son père est mourant, Michael, auteur de bandes dessinées, ressent l'urgence d'élucider ce que sa famille lui cache, notamment autour de sa propre naissance. Il se rend en Caroline du Nord, auprès de personnes qui ont connu son grand-père maternel - décédé deux ans plus tôt - et se renseigne sur les proches de son père, à l'époque où il était ingénieur autoroutier. La quête identitaire se révélera très longue et riche en surprises, souvent sordides.

*  *  *

Le premier tiers de l'ouvrage m'a semblé interminable. L'auteur prend le temps de planter le décor, de nous sensibiliser à la politique urbaniste des années 1960 aux Etats-Unis, qui visait à chasser les Noirs des quartiers convoités par les Blancs - noeuds de communication stratégiques pour l'économie en plein essor.

Moins de manichéisme qu'on peut le craindre au début : l'alternance des personnages et des époques est très habile, elle parvient à nous rendre presque attachants, au fil de la lecture, des acteurs de ces drames perçus comme odieux via les premiers témoignages.

Excellent complément à La couleur des sentiments, ce récit montre la persistance de la ségrégation raciale dans les années 60-70 dans les Etats du Sud, le jeu inégal entre les Noirs, prêts à se battre pour les droits les plus élémentaires (posséder une maison, un commerce...), et les Blancs au pouvoir, qui pouvaient tout anéantir impunément avec quelques connaissances bien placées... La situation reste à ce jour difficile car, comme le rappelle l'auteur : "Le Ku Klux Klan n'est qu'un des nombreux groupes prônant la suprématie de la race blanche à être [encore] actifs dans le sud des Etats-Unis."  (p. 592)

Bouleversant et révoltant. A lire si l'Histoire des Etats-Unis vous intéresse... et si les pavés ne vous effraient pas.

Pouce levé  =  15/20  -  Horloge  27-31 mars

Les Péchés de nos pères,  Lewis Shiner, Sonatine, novembre 2011, 598 p.

Challenge Thriller de Cynthia, catégorie "Même pas peur" : 23/8

Vous cherchez des idées "lectures-frissons" ? récap des thrillers lus par les inscrits ici