les souffleursNathan et Candice sont des jumeaux fusionnels. Une unique expérience incestueuse - interrompue par les parents furieux - les unit à quinze ans. Après cela, leurs chemins se séparent, mais tous deux font carrière dans le théâtre, selon la tradition familiale. C'est la guerre entre eux à Venise, chacun tente d'empêcher l'autre de présenter sa pièce - Othello (Shakespeare) pour elle, et Britannicus (Racine) pour lui.

Cela vous paraît limpide comme histoire ? Vu comme cela, oui. Mais tout se complique lorsque surgissent dans l'intrigue deux têtes coupées en guise de souffleurs, une pour chaque jumeau, trimballées dans une valise ou un panier à chat. Les dialogues de Shakespeare et de Racine se croisent, on ne sait plus très bien qui est amoureux de qui, de quoi, et que sont ces deux têtes…

Bref, un ouvrage complètement nébuleux pour moi. Songeant à Vian, Ionesco et aux tragédies antiques (que je comprends et apprécie en général), je me suis égarée ici et donc beaucoup ennuyée, ne sachant décrypter ni l'humour (mais y en a-t-il ?), ni les côtés lyrique, allégorique...

Extrait de la présentation de l'éditeur : (...) En écrivant ce roman, Cécile Ladjali a voulu répondre à son ami George Steiner qui, lors d'une conférence sur Shakespeare à Paris, avait signifié, devant un parterre d'universitaires, que le souffle du dramaturge anglais était incompatible avec l'esprit français et une certaine morgue. Les Souffleurs récrit ainsi deux partitions (Britannicus et Othello) et concilie deux styles. Venise est son décor, où tout fond comme un sucre dans l'eau, tout s'étiole. (...) -  si vous le dites...

06/20 -  Horloge  22-24 avril - la couv aurait dû m'alarmer !

Les souffleurs, Cécile Ladjali, Actes Sud, Babel, août 2009, 156 p.

Challenge petit Bac de Enna, catégorie Métier

challenge pt bac vert2