ravalecNe vous fiez pas au titre, il est trompeur : pas de guerre des sexes ici. Une quête intellectuelle, plutôt. Curieux, le narrateur de douze ans  aime comprendre ce qui lui arrive. Il se documente donc sur la gente féminine grâce aux "Cosmo" et "Marie-Claire" de sa mère, avant de se jeter au cou de l'un de ses spécimens. Sa grande question, mi-philosophique, mi-physique/chimie : pourquoi garçons et filles ont-ils envie de s'embrasser à partir de l'adolescence ? Il essaie d'y répondre de manière cartésienne, à grand renfort de sondages ; mais la pratique, en sciences, est utile à la théorie !

Jusqu'alors, je ne connaissais Vincent Ravalec que par ses écrits pour adultes. J'avais particulièrement apprécié Cantique de la racaille (1er opus) il y a une quinzaine d'années. Mêmes humour et inventivité ici, je me suis régalée au début puis ai trouvé relativement pénible et prétentieux ce garçon aux allures de "premier de la classe", et particulièrement neuneu l'histoire d'Ikéa et du Webzine. La fin est mignonne, elle rachète la lassitude éprouvée à mi-parcours.

Bon moment, sans plus.

Dès 12 ans.

12/20 -  Horloge  < 1 h  - emprunt mdtk

Les filles sont bêtes, les garçons sont idiots - Vincent Ravalec, Editions du Panama, août 2006, 76 p.