little_white_jackLe vieux Jacques se promène de couloirs de métro en coins de rue pour jouer de la guitare électrique et chanter. Il ramasse ainsi dans sa sébile quelques cigarettes, et de la menue monnaie - de quoi ajouter un petit complément à ses "tartines" du midi. Un groupe de rockeurs le sollicite pour qu'il se joigne momentanément à eux. Une seconde chance ? Une renaissance ? Souvenirs, souvenirs, pour Jacques...

Un album en bichromie (= trois couleurs, si j'ai bien compris, et comme le terme ne l'indique pas) : vert anis, brun et blanc, des dessins minimalistes et plaisants, très peu de texte, le graphisme suffit, le plus souvent. De jolies relations d'écoute et de respect entre les personnages. Une belle et sombre histoire d'amour conjugal, paternel, de rêves brisés, de vie gâchée...

Une BD très douce, émouvante, à la fois tendre et triste.

15/20 - 24 mai

Jacques Delwitte, Little White Jack - Max de Radiguès, Employé du Moi, Sous-main, mai 2008, 80 p.