happy_rockAprès Happy SexHappy Rock. Beaucoup moins chaud bouillant que Happy Sex, mais malgré tout plutôt destiné aux adultes qu'aux enfants. Non pas pour les scènes dénudées, qui sont rares et proprettes mais plutôt pour l'intérêt des gags.

Cet album parlera aux "plus tout jeunes" qui aiment toujours fréquenter les concerts de rock. On a quand même parfois l'impression que le trentenaire (quadra ?) coiffé à la Dick Rivers - ou façon Titeuf - a décroché de ce genre de spectacles depuis quelques années, les mauvais aspects semblent le surprendre.

Nostalgie des Stones, de Led Zepp', de Dire Straits... qui ne sont plus tout jeunes eux non plus. On sent que c'est du vécu et (dés)approuvé, les à-côtés plus ou moins réjouissants des concerts : vision sur grand écran tant il y a de spectateurs, la foule, les files d'attente, la fumette partagée, les festivals et leurs toilettes cracras... etc.

Amusant et vite feuilleté.

Happy Rock, Zep, Delcourt, octobre 2010, 46 p.