dans_tes_yeuxJohn vit avec papa-maman-mémé, dans la maison de cette dernière, parce que papa n'est pas très motivé pour travailler. John a presque douze ans, et son corps est étonnamment mûr pour cet âge (taille, mue vocale), ce qui inquiète ses parents, mais lui, aucunement. Ses marottes : le livre des records et les mensonges - en particulier ceux des adultes, qu'il est convaincu de pouvoir détecter...

J'avais beaucoup aimé Le voyage de Lou  de cette auteur. Les points communs sont nombreux entre ces deux romans : solitude et intelligence d'un jeune mal compris, sensation d'étouffement dans une famille qui fonctionne en cercle très fermé, mésentente conjugale... Hélas, c'est un sentiment de malaise qui a prévalu lors de cette lecture : les bizarreries de John (qui est aussi le narrateur, ce qui accroît la proximité du lecteur), la relation fusionnelle et trop "physique" de ce pré-ado avec sa mère, le personnage énigmatique du père, ce qui se passe réellement dans cette famille, et la crainte que tout cela tourne mal. J'ai souvent pensé à Une enfance australienne, de Sonya Hartnett, ouvrage qui avait suscité cette même gêne, un goût amer comparable.

Livre étrange et flippant, décevant après Le voyage de Lou.

Pensif  12/20 -  Horloge  21 au 23 juin - la couv exprime très bien le malaise ressenti à la lecture, face au jeune narrateur, cet entre-deux (surnager ou couler)...

Dans tes yeux, Maria Joan Hyland, Actes Sud, octobre 2006, 382 p.