girlsCourtes histoires de trois lycéennes ou étudiantes fashion-victims qui ne semblent pas avoir inventé l'eau tiède. Elles sont obsédées de fringues, de look, de mecs, et sont de surcroît atrocement langues de vipère.

Un thème rebattu, traité sans grande originalité quant au fond. La forme en revanche est sympathique : graphisme rétro et couleurs pâlotes d'albums des années 60, les filles ont même un petit quelque chose d'Alice la détective et de ses amies Beth et Marion (illustrations d'Albert Chazelle). Mais, même si les vêtements et musiques ne semblent pas particulièrement actuels, ces histoires sont bien contemporaines - témoins les téléphones portables.

Un moment plaisant, sans plus. J'ai vaguement souri de loin en loin, sur quelques situations que j'ai trouvé bien vues.

Un détail mais qui m'agace toujours : que les teintes de la couverture de l'album ne correspondent pas à celle des pages intérieures.

11/20  - Horloge 13-14 juillet - emprunt mdtk

Girls don't cry, Nine Antico, Glénat, 1000 Feuilles, septembre 2010, 56 p.