meurtres_pour_r_demptiongi_bel--- CHEF-D'OEUVRE : MAGISTRAL, INOUBLIABLE MAIS EPROUVANT !

Marianne, 20 ans, meurtrière et héroïnomane, est condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de vingt-deux ans. Elle a tué, non par préméditation, mais "en pétant les plombs", et le regrette amèrement. La question "Pourquoi je les ai tués ?" la taraude sans répit... Mais loin de se confondre en excuses et pleurnicheries, elle se forge une carapace de dure à cuire, elle a la rage, refuse de plier face aux menaces, aux brimades. Elle surenchérit même, quitte à rendre ses conditions de détention encore plus abominables. Un unique moyen de sortir un jour s'offre à elle, mais...

Voilà du lourd, dans tous les sens du terme... de l'intense, du très fort, une lecture particulièrement éprouvante, bouleversante. La violence nous frappe dès les premières pages, ne s'arrête plus. Quelques moments de trêve pour Marianne : ses fixes d'héro, ses clopes, le bruit du train qui passe - la liberté à portée d'oreille -, la douceur d'une des surveillantes, et l'amour, aussi, mais pas tout rose, loin s'en faut.

Un roman puissant sur la souffrance infinie, le désespoir, le milieu carcéral, ses règles tacites entre détenus, entre gardiens, mais aussi entre matons et prisonniers - règles souvent sauvages, impitoyables, inacceptables, sur lesquelles les autorités ferment les yeux, ce qui arrange (presque) tout le monde, sauf les victimes des sévices...

Ouvrage très dur, impossible pour moi d'aller au-delà de 200 pages par jour, et pas avant le coucher ! J'ai même failli abandonner à la moitié, écoeurée, lassée de tant de violence et de douleur, gros coup de mou Triste et de blues même. En pleurs 

Dommage que le récit prenne cette tournure aux deux tiers et s'enfonce plus encore dans le sordide, le non-plausible. Marianne serait-elle la descendante de Lisbeth Salander et de Jésus ? Heureusement, la jeune femme est terriblement attachante, les dialogues percutants et souvent jubilatoires grâce au sens de la repartie de la demoiselle... Et la plume de l'auteur est impeccable.

Roman pavé que j'ai entrecoupé de lectures plus légères...

Merci à Sophie pour le conseil (je ne trouve pas ton billet sur le blog ni sur Bbl ?). Dithyrambes sur Babelio, nous sommes plusieurs à parler de coup de poing, d'oeuvre magistrale, intense, etc.

A vous qui avez-lu d'autres polars de Karine Giébel : prend-on à chaque fois de tels coups de poing dans le museau, dans l'estomac ?

16/20 --- Horloge 13 au  16 juillet --- [PAL > 2 ans] - 1

Meurtres pour rédemption, Karine Giébel, Fleuve Noir, août 2010, 767 p. (988 p. chez Pocket)

Du 2 en 1 côté challenges : thrillers & polars de Liliba (2/12) et Pavé de l'été de Brize (1er)

challenge_thriller_liliba     challenge