le_diner--- 4e de COUV TROP BAVARDE !  Agressifkoch

Jusqu'où irions-nous pour couvrir les fautes de nos enfants, pour le confort personnel et l'harmonie familiale ?

Dîner au restaurant entre Serge - politicien en vue visant le poste de Premier Ministre -, son frère Paul et leurs épouses. La narration retrace les conversations banales, convenues, et surtout les pensées désabusées et/ou douloureuses de Paul : son frère l'agace avec ses manies et son snobisme de people, mais surtout, il vient d'apprendre des événements choquants concernant son propre fils de 16 ans. Le récit est rythmé par la succession des plats au restaurant, et le lecteur découvre par bribes ce qui préoccupe Paul et sa véritable personnalité - moins débonnaire qu'il n'y paraît. Parallèlement, la tension et le malaise vont crescendo.

Un roman d'abord léger et plaisant, et de plus en plus grave, qui se lit néanmoins facilement, tout en laissant place à la réflexion. On passe de l'amusement à l'indignation, via toute une palette de sentiments. Les thèmes sont riches et s'étoffent au fil de l'intrigue : convenances familiales et hypocrisie, éducation des enfants, hérédité et/ou mimétisme, couple, confort familial, valeurs morales, notamment... Les dernières pages, particulièrement gênantes, m'ont laissée dubitative, et ont nui à l'image que j'avais de ce roman et de certains de ses protagonistes (même si la métamorphose a été progressive pour certains)...

Dommage que la quatrième de couverture dévoile des éléments dont on prend connaissance après le premier tiers de l'ouvrage.

Pensif 15 puis 10/20 Horloge  19 au 21  juillet - couv atroce (l'originale néerlandaise est identique)

Le dîner, Herman Koch, Belfond, mai 2011, 329 p.