Bcoeur_rose 

Que préférez-vous en guise d'apéritif ? Une histoire sordide de séquestration avec jeune enfant ? Ou les tourments d'un flic alcoolo, mis sur la touche suite à une énorme bavure ? Eh bien pas le choix, vous aurez les deux, et dès les premières minutes... Heureusement, la suite du menu se révélera plus digeste. L'ex-flic et un ancien rappeur vont revenir sur des meurtres pédophiles non résolus treize années plus tôt, tout en traquant parallèlement et (plus ou moins) par hasard un adorable colosse déficient mental accompagné d'une fillette.

Une Nième histoire de séquestration (cf. Twist, Room, Séquestrée) ; la jeune femme autrichienne inspire décidément nombre d'auteurs, et les résultats sont plus ou moins réussis. Ici, l'affaire est traitée brillamment et subtilement. Après quelques pages fortement perturbantes, le ton devient supportable, hormis quelques brefs passages. La petite victime qui porte un regard tout neuf sur le monde extérieur est touchante, elle m'a moins agacée que le garçon de Room - question de langage, probablement. Et la plupart des protagonistes - dont Black Dog, le géant noir - sont vraiment convaincants et attachants. 

Je me suis laissée emporter par le suspense - suspense d'autant plus fort et agaçant que le lecteur a longtemps une longueur d'avance sur les enquêteurs, ce qui le fait piaffer comme un enfant apercevant le gendarme derrière Guignol… J'ai donc dévoré cette intrigue à un rythme frénétique, d'autant que j'avais oublié si Brigitte Aubert préfèrait les happy end ou les dénouements tragiques... A votre tour de le découvrir !

► EXTRAIT :

- En tout cas, le type est très fort. Approcher ces gosses sans se faire remarquer, ne pas laisser d'indices...
- Pas forcément (...) La plupart des pédophiles bénéficient du trompe-l'oeil de l'intégration sociale. Ce sont rarement des marginaux ou des gars avec un casier. Ils agissent au nez et à la barbe de leur environnement parce qu'ils se fondent dans la masse. On ne les remarque pas. Non pas parce qu'ils sont suprêmement habiles, mais parce qu'ils n'ont rien de remarquable. (...) Le vilain méchant loup n'a pas à montrer patte blanche, il a les mains propres, il est des nôtres.  (p. 217)

Pouce levé + Surpris + Triste + Premier de la classe = 16/20 - Horloge  30/09 au 02/10 - merci à ELLE pour ce polar, le premier qui me plaît depuis le début de l'aventure !

La ville des serpents d'eau,  Brigitte Aubert, Seuil, Policiers, 13 septembre 2012, 285 p. 

prix_elle 
lot 10 et 11/2012 - polar (1/2)

Challenge thrillers et polars de Liliba (14/12)

challenge_thriller_liliba