balzac2Lu par Junior :

C'est un petit roman où trois peintres sont mis en scène, deux jeunes et un vieillard. Le vieux, un peu fou, explique au deux autres artistes comment "faire vivre" la peinture. Ainsi, il leur apprend qu'il travaille sur une toile depuis dix ans, dans le but d'atteindre la Perfection.

J'ai aimé. Ce livre est bref, mais intense. Riche en émotions transmises par le personnage principal, animé d'une manière subtile. Mais au-delà de cette excellente narration, le thème du roman est la grande question du rôle prophétique de l'artiste, son statut de voyant, et l'auteur nous ouvre l'effroyable abîme qu'est l'impuissance face à la quête de l'impossible, le Parfait, origine et fondement de tout art. C'est dans cet cette quête vertigineuse que l'artiste arrive à trouver du nouveau. "Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ?/Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau !". Cette citation des "fleurs maladives" (Baudelaire) illustre l'esprit ambivalant de Frenhofer ; on retrouve la fièvre (Enfer) et l'extase (Ciel) dans le vieillard, tantôt en proie à une ardeur passionnée peu commune puis noyé dans un désespoir immense la seconde d'après. Pour la littérature, la question est la même ; pour obtenir un "poëme" Parfait, il faudrait inventer un langage pour lui seul. Conclusion : tout vrai artiste est maudit.

Le Chef-d'oeuvre inconnu,  Honoré de Balzac, Le Livre de Poche, Libretti, septembre 1995, 93 p. (1,50 €)