cartonspascal_garnierBrice est dans le pétrin : le voilà qui se retrouve à déménager, quittant la ville pour la campagne, ceci pour un coup de coeur de son épouse Emma. Mais celle-ci a disparu, Brice est seul. Lorsqu'on lui demande des nouvelles de sa femme, il répond invariablement "J'ai bon espoir". En attendant, il se morfond, déprime, regrette le choix de cette maison trop grande et isolée, ne s'installe pas vraiment, dort sur un lit de camp dans le garage et pique-nique, éventrant ses cartons au fur et à mesure de ses besoins. Quelques voisins viendront changer Brice de sa routine... 

Pascal Garnier a beaucoup de talent. Son écriture parfaite nous immerge d'emblée dans une ambiance sombre, froide et sinistre, à l'image de l'état d'esprit du personnage principal et de son nouveau logement. Beaucoup de perles dans les réflexions de l'auteur, de l'humour, même, dans cet ouvrage, qui ne suffit pas cependant à évacuer le malaise ressenti par Brice, et conjointement, par le lecteur. Un très bon livre.

De cet auteur, j'ai aimé Trop près du bord, moins Lune captive dans un oeil mort, et beaucoup moins La théorie du panda. Il est temps que je le redécouvre, il reste des pépites !

Pascal Garnier est décédé en mars 2010, ce roman a été publié pour la première fois à titre posthume.

Pouce levé = 16/20 - Horloge  23 & 24 octobre - emprunt mdtk

Cartons,  Pascal Garnier, Zulma, 2 février 2012, 192 p. 

Challenge thrillers et polars de Liliba, 19e 

challenge_thriller_liliba