une_vie_inachev_e

coeur_grisEVITEZ LA 4e DE COUV

Wyoming, début des années 2000. Einar est un vieil homme triste, ayant perdu son fils unique de vingt ans une dizaine d'années plus tôt, et son épouse, très jeune. Comment tenir encore debout ? Avec l'alcool, dans un premier temps. Puis, après y avoir renoncé, grâce aux petits gestes du quotidien (une vache, un chien) et surtout aux liens indéfectibles avec un vieil ami défiguré et blessé... Parallèlement, une jeune femme, tabassée une fois de trop, fuit un énième compagnon violent, accompagnée de sa petite fille de neuf ans.

Vie dans une vieux ranch dont il ne subsiste pas grand chose, deuil, vieillesse, haine tenace, tendresse entre une maman et sa fillette, amitié entre deux hommes qui ont beaucoup partagé depuis leur jeunesse. Cette histoire aux thématiques simples n'a rien de banal ni de rebattu : de jolis échanges entre une enfant et des adultes, une gamine vive, courageuse et adorable, aussi vraie que nature, douée pour briser les résistances des ronchons les plus réfractaires... Tout cela servi par un style sensible qui rend les personnages et les dialogues crédibles et particulièrement vivants.

Un merveilleux roman, beau et émouvant. Je doute que la version ciné ne tombe pas dans le sucré. J'imagine qu'une histoire d'amour hollywoodienne écrase tout le reste ? allez, je dois être médisante... 

Pas un gramme de guimauve ici, en tout cas : tout est juste et sobre... Et peu de "nature-writing", pour ceux que cela effraie.

Il existe une suite, m'a appris Jerome (merci !) : De flammes et d'argile.

L'avis très enthousiaste de Mr, qui déplore juste, lui aussi, la quatrième de couverture trop bavarde.

Pouce levé = 17/20 - Horloge  19-21 novembre

Une vie inachevée,  Mark Spragg, traduction de Nicole Hibert, Editions Gallmeister, Totem, 4 octobre 2012, 296 p.

Wyoming