la_lamentation

Pourquoi ce titre ? Parce que lorsque Shalom apprend qu'il va être papa, la question de la circoncision du bébé à naître se pose. Elevé à coups de préceptes très stricts de la religion juive, Shalom a renié cette éducation, mais elle le poursuit. On ne devient pas athée comme ça, vierge de toute superstition, quand on vous a menacé du châtiment divin pendant vos vingt premières années et que vous y avez cru.

Un régal de lecture sur les réflexions percutantes et amusantes de Shalom sur le judaïsme, et sur ses sentiments - complètement paranos - pendant la grossesse de sa femme. Si les passages sur sa jeunesse ne manquent pas d'intérêt et d'humour non plus (découverte frénétique de la sexualité "malgré tout", entachée de sentiments de culpabilité tenaces, relations familiales houleuses et délétères...), je les ai trouvés longs, vite lassants, redondants, notamment sur les comportements alimentaires - de moins en moins cachères - du garçon. Ces intermèdes aident à comprendre, ceci dit, la distance que Shalom a eu besoin de prendre vis à vis de sa famille : "une distance qui avait sauvé mon mariage, et ma vie" (p. 36).

En résumé : un ouvrage intéressant et drôle sur les dégâts (possibles, et probablement un brin exagérés ici) d'une éducation religieuse sur un homme - religion juive en l'occurrence, mais d'autres sont aussi terrifiantes pour l'enfant, inhibitrices pour l'adulte... Intéressante également l'image de Dieu, telle qu'on la perçoit en effet dans l'Ancien Testament (un "Père" colérique, menaçant, vengeur...). Entendons-nous bien, savourer ce livre et en rire n'est pas de l'antisémitisme, mais pure jubilation face à la critique des abus religieux en général...

--- Croyants convaincus, quelle que soit votre religion, évitez peut-être cette lecture : ouvrage religieusement incorrect "en diable" (heum) ; le blasphème à gogo risque de vous heurter.

Pickwick et Dasola ont aimé, d'autres avis et des citations sur Babelio.

Visage + Pouce levé + Premier de la classe + Éclair = 15/20 - 27/11 au 03/12 - emprunt mdtk

La lamentation du prépuce, Shalom Auslander, Belfond,  février 2008, 305 p.