contes_pourvomir  --- ABANDON AU TIERS -  Très dérangeant, glauque, pervers.

Dans son roman pour grands ados Nickel Blues (ici et ), l'auteur n'a pas peur de donner dans le trash, le violent, mais ça reste plein d'humour. Un humour noir qui peut choquer, cela dit. Mais j'attaquais ces "Contes" confiante, puisque ce style m'amusait, moi... AVANT.

Pour une fois, le titre racoleur est bien plus "gentil" que le contenu. 
Dans chaque nouvelle du présent recueil : une fillette en effet (terme explicite qui désigne bien une enfant) mais aussi un "monsieur" - formulation qui laisse imaginer un vieil homme, ce qui ajoute encore à la perversité ? Bref, inutile de préciser que la péd*ph!l!e dégouline de partout...
Il s'agit bien de contes, oui : registre onirico-fantastique, allusions à des grands classiques tels que Blanche-Neige, Alice, Cendrillon, et surtout thématiques de ce genre de littérature. Mêmes métaphores à connotation sexuelle mais sans la subtilité de la symbolique, ici. Fleurs piquantes, sang (sur les jambes), petits animaux velus, poupées, chapeaux, vitres/vitrines, miroirs. Tout est décrit crûment (attouchements, anatomie, fluides corporels), sans ambiguïté aucune, le lecteur ne peut pas feindre de ne pas comprendre.

Ces contes sont de plus rédigés dans un style simple, emprunté aux histoires pour enfants, ce qui accroît le malaise : la frontière n'en est que plus floue entre univers juvénile et sexualité adulte.

Malsain, à vomir. Il se trouve que c'est publié. Pour qui, pour quoi, pourquoi ? Liberté d'expression...

 vomir 01/20 pour les jeux de mots dans 'Le fils d'Ariane' - Horloge  22 février

Contes pour petites filles libertines,  Nadine Monfils, Vertiges, Tabou, avril 2011, 201 p.