dessous

Une famille juive de petits commerçants à New-York, au tout début du XXe siècle. Isaac a fui les Pogroms russes quelques années plus tôt. N'ayant pas pu épouser la femme qu'il aimait dans son pays, il s'est marié à Minna, sans la connaître, pour "passer en Amérique". C'est un homme meurtri, vieilli prématurément, qui a vu sa mère et sa soeur massacrées... Il se traîne, oisif, tandis que madame vend de la lingerie... et montre ses dessous à qui veut. Leurs fillettes, Esther et Fanya, devinent la condition féminine des quartiers défavorisés à mots couverts, dans la rue : grossesses non désirées, avortements à l'issue tragique, prostitution. Le soir, elles échangent leurs interprétations sur les informations ainsi grappillées. Ces deux soeurs, à l'âge adulte, opteront chacune pour une activité liée à la sexualité, mais dans des orientations diamétralement opposées.

Album intéressant pour le contexte socio-historique, le hiatus entre les "femmes du peuple" résignées, illettrées, promises au mariage et à la maternité... et les 'intellectuelles' féministes. Intéressante aussi une telle différence de choix entre soeurs, en réaction à la condition féminine d'un même milieu.

J'ai parfois eu du mal à suivre, peinant à distinguer les personnages les uns des autres. Mais l'ouvrage mérite cet effort : le scénario est simple et captivant, le graphisme agréable, rappelant le trait de Marjane Satrapi et de Zeina Abirached.

L'avis de Mo... et son "truc" pour ne pas confondre les soeurs. 

15/20 - Horloge 21 février - emprunt mdtk

Dessous, Leela Corman, Editions Çà et Là, août 2012, 203 p.

► Extrait : discours d'une féministe du début du XXe siècle à New-York (cf. la majuscule à Femme, pas à homme...)

"La racine du problème [des grossesses à répétition non désirées] repose dans la nature exagérément sexuelle du mâle humain. C'est très important de comprendre ça. 
Tu vois, Fanya, les mâles de la plupart des espèces sont dominés par leurs pulsions sexuelles et ne sont en fait pas capables de leur résister. C'est au détriment de la Femme. Ce sont les pulsions des hommes, tu vois, qui font que la Femme se reproduit constamment, comme une vache.
L'esclavage sexuel est le sort qui attend la femme qui laisse un homme la prendre au piège, soit du mariage, soit d'une union rapide et sale dans le ruisseau. Par conséquent, je dis que la Femme fait mieux de pratiquer l'abstinence. Moi je le fais, et je te le conseille aussi." (p. 59-60)