ce_que_je_peux_te_direLe téléphone réveille Blanche un matin : un petit-fils vient de naître. Elle ignorait que sa fille était enceinte, elles évitent de se parler depuis plusieurs années... Le trajet en train vers le bébé est l'occasion pour Blanche d'égrener ses souvenirs sur cinq générations. Elle a été élevée exclusivement par des femmes, dans une ambiance fusionnelle : grand-mère, mère, deux tantes/cousines. Les hommes de la famille sont morts, partis, ou n'ont pas su qu'ils étaient pères. Ils n'en sont pas moins présents - certains même envahissants - par leur absence.

Beaucoup de thèmes intéressants : l'évolution de la condition féminine des années 40 à aujourd'hui (avec les temps forts du féminisme des 70's et les conquêtes en matière de sexualité), l'univers de la couture, la cohabitation entre femmes aux modes de vie différents, les hauts et bas vertigineux de la dépression, les relations mère(s)-fille, la lourde présence des "fantômes", l'histoire familiale qu'on répète malgré des choix radicalement opposés...

Si le propos est très intéressant, le style m'a en revanche longtemps agacée. Les personnages sont-ils trop caricaturaux ? La plume trop "gentillette" et désagréablement vieillotte ? Déception, même si la lecture est plutôt agréable. Sur cette thématique du hiatus mère-fille, j'ai préféré La noce d'Anna, de Nathacha Appanah...

Lu aussi par Sandrine.

13/20 - Horloge 3 au 5 février - jolie couv qui sent bon la mercerie !

Ce que je peux te dire d'elles,  Anne Icart, Robert Laffont, janvier 2013, 317 p.

De cette auteur, j'avais été charmée par Les lits en diagonale  (désormais dispo en format poche).

les_lits_en_diagonale

Des couvertures proches de Ce que je peux te dire d'elles

la_liste_de_mes_envies   la_couturi_re    ensemble_c_est_tout