chiens_de_sang

La forêt est un décor de nos peurs ancestrales. Les loups/chiens et les ogres susceptibles d'y sévir y sont pour beaucoup, ainsi que l'absence de repères. Souvenez-vous du Petit Chaperon Rouge, de Hansel et Gretel, du Petit Poucet... Karine Giébel instaure ici cette ambiance dans deux intrigues parallèles, aussi stressantes et asphyxiantes l'une que l'autre. Deux histoires de chasse à l'homme, de traques dont la seule issue semble être la mort, tant les dés sont pipés et les forces en présence déséquilibrées.

Au-delà du sentiment d'horreur qu'il suscite par son cadre et son rythme effréné, ce thriller évoque le sort des laissés pour compte (SDF, sans papiers...) qui peuvent disparaître du jour au lendemain sans que personne ne s'en émeuve : ils n'existent pas/plus. On retrouve aussi les thématiques récurrentes de l'auteur : évolution des relations dans un huis-clos lorsqu'une menace pèse, rapports de force, soif de sensations extrêmes, sadisme, instinct de survie, sentiment de culpabilité...

L'alternance des deux intrigues entre de courts paragraphes ajoute à l'angoisse et au sentiment de malaise qui étreignent le lecteur. On tourne les pages fébrilement, pour retrouver les personnages auxquels l'auteur nous a brutalement arraché. Mais la tension de lecture nous fait parfois oublier qu'on a basculé dans l'autre décor, grâce aux premières lignes qui collent parfaitement aux deux situations. Cela ajoute au vertige et à l'excitation qu'on peut attendre d'un thriller...

Un roman très noir, stressant, dérangeant, et riche, qui peut rappeler l'excellent Raphael, derniers jours.

Claire "n'a pas été convaincue par cette histoire, (...) très dérangeante et assez répétitive".  Sandrine par contre a aimé et émet cette remarque très intéressante : "L'homme peut-il vraiment en arriver là ? Dans l'histoire de Diane je pense que oui et dans l'histoire de Rémy j'espère que non !".

Pouce levé 16/20 - Horloge 22 & 23 mars

Lu : Meurtres pour Rédemption, Les morsures de l'ombre, Jusqu'à ce que la mort nous unisse, Terminus Elicius.

Envie de lire : Juste une ombre.

Chiens de sang,  Karine Giébel, Pocket, Policier-Thriller, septembre 2010, 220 p.

Challenge thrillers et polars de Liliba, 42e 

dernier récap des lectures de TOUS les participants fin février ici (plein d'idées à piocher !) -

challenge_thriller_liliba